GarbageCollector

Le blog qui lutte contre les fuites de mémoire.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Du temps perdu et de la motivation qui m'anime

“Où veux-tu en venir ?”
Badaud un peu impatient je trouve. En plus il me tutoie (alors que moi j’hésite déjà à me memoyer) et c’est un peu malpoli ; on n’a pas élevé des trombones ensemble !


A la question

« ça va ? Tu ne t’ennuies pas trop ces temps-ci ? »

(vous l’aurez remarqué, ma conception du singulier est pour le moins singulière.), je répondrais d’une part

« oui, pas mal et toi ? »

(ou toute autre chose approchant : «on fait aller », « ça boume », « ça va, ça va », « ça dégoupille de la quenouille » etc.) et d’autre part :

« Mais nooooooon ! je n’ai pas le temps de m’ennuyer, je t’assure. Tu sais comment c’est, j’ai énormément de temps libre pour faire tout ce que je veux, j’ai plein de projets tout plus intéressants les uns que les autres, je cherche du travail etc. Tu comprends bien que je n’ai même pas le temps de me reposer !
- Ah mais c’est carrément bien pour toi ça. Content que le chômage/l’inactivité/la solitude n’ébranle pas ton moral d’acier trempé dans du vinaigre »

me répond-on constamment.

Oui mais voilà, c’est un peu embelli, j’avoue. Que je vous explique : j’ai effectivement un tas de projets plus ou moins concrets, qui une fois mis bouts-à-bouts dépasseraient la taille de la Tour Eiffel de Paris (la ville, en France, pas la pouf, aux USA).

« N’exagères-tu pas un peu ?
- Sur le terme « pouf » ?
- Non, je dirais que ça, ça relève même de la litote.
- C’est de la même famille que le rossignol, non ?
- Heu… Bref, je parlais de la taille, la Tour, tout ça… »



Et bien non, ce n’est pas exagéré. Et je vous le prouve mathématiquement :

Posons :
T : la somme des tailles des projets
t : la taille d’un projet
TE : la taille de la Tour Eiffel
Soient les différents projets :
a = blog
b = écrire diverses choses
c = Développer une application qui poutre l’œil du voisin
d = Autre chose trop cool
e = Chercher un emploi

T = t(a) + t(b) + t(c) + t(d) + t(e)



Or, a, b, c, d et e sont des notions tout à fait immatérielles.
Selon le fameux théorème Pierre Thalès :

Timmateriel = valeur arbitraire donnée arbitrairement par l’auteur de ce blog dans le soucis de rendre arbitrairement son équation vraie.


Donc, nous avons :
t(a) = 94
t(b) = 102
t(c) = 42
t(d) = 38
t(e) = 114.21

Donc :
T = 94 + 102 + 42 + 38 + 114.21
T = 390.21

Et :
TE = 324.0

En conlusion :
T > TE
CQFD


« Etonnant, non ? »

Diderot à D’Alembert après avoir cherché en vain « Tour Eiffel » dans l’Encyclopédie.


Donc, j’ai du travail…

Ah !!! Je l’ai dit ! Non, au secours !!! Ce monstre horrible me poursuit, il en veut à ma santé mentale, à mon portefeuille, à ma collec’ de BD et j’en suis certain à mon éléphant : laisse-moi tranquille ! Leave me alone ! Waste heu di sheun off !

Comprenez la détresse dans laquelle je me trouve pris au piège. Si je poursuis la conversation entamée plus haut, ça pourrait donner cela :

« Alors sur quoi travailles… commence le candide interlocuteur
-    Nhii… Arrr… jii… est vraisemblablement ma réaction
-    … -tu depuis hier ? continue le malandrin.
-    Oh, tu sais… j’ai traîné un peu sur le net… »

Comprendre ici en avoir fait entièrement le tour 1 à 2 fois (ça me fait penser que j’ai pas encore visité le site petitspois.com qui se trouve être un site japonais – et je le sais sans l’avoir visité !)


« …également un peu sur facebook… »

Des jeux à la con, des commentaires désobligeants, une vidéo postée, et conversation.

« … téléchargé une ou deux choses… »

Télécharger légalement selon les lois des eaux internationales 16 films, 2 ou 3 albums de musiques.

« … écouté un peu de musique, calmement… »

4 ou 5 CD à fond sur ma chaîne hifi (dont le dernier Wax Taylor), et moi en bougeant comme un con face au vis-à-vis des voisins.

« … joué un peu… »

C’est vrai. Je joue peu. Mais j’ai quand même acheté (si si) dernièrement Secret of Monkey Island Special Edition en promo sur steam. Et ça envoie du pâté de ragondin en Patagonie !

« … puis j’ai regardé un film avant d’aller me coucher. »

Ainsi que des dizaines de vidéos sur youp… youtube.

« Mais tu n’as pas travaillé ? poursuit celui qui veut me faire mourir de crise cardiaque.
-    Nhii… Arrr… jii…
Si, réfléchi sur un prochain billet. Aux toilettes. »


Je crois que j’ai un sérieux problème de motivation. Chaque tr… tache est vécue comme une corvée, même si celle-ci est a priori réjouissante.

« Ça te dirait de manger un repas gastronomique avant de boire beaucoup de bières, de recevoir beaucoup d’argent d’un donateur généreux admirateur de ton blog et de finir la soirée en faisant l’amour jusqu’au bout de la nuit avec deux magnifiques demoiselles ?
-    Bah, écoute, ce soir, je ne suis pas trop motivé… On se dit Jeudi prochain ? »


Aaaaaaaaaaah !!!
Ouf ! Ce n’était qu’un cauchemar bloguesque qui s’est invité inopinément de façon subrogative en tapinant.

Je vous jure que c’est vraiment problématique. Je pense d’ailleurs être victime d’une malédiction ancestrale à base de bave de crapaud, de chauve-souris dépecée et d’un zeste de rail de mon indifférence.

Figurez-vous – allez-y, figurez, mais seulement vous, pas votre voisin, ce n’est pas poli, sauf s’il vous le demande en son âme et conscience – que j’ai consulté pour ce problème. J’ai été chez le médecin, qui après m’avoir ausculté les oreilles (« elles sont sales »), les orteils (« soignez ces champignons, c’est répugnant »), le nombril (« ridicule »), le visage (« vous êtes moche ») et le cerveau (« et con ») fit tomber le diagnostic suivant :

« Vous êtes atteint de schizophrénie à délire paranoïaque à tendance suicidaire. Attendez… non, ça c’était votre sœur.
-    Je n’ai pas de sœur.
-    Je sais. Vous êtes atteint de flémingite chronique aigüe à tendance suicidaire.
-    Non mais je le savais tout ça (quoique… vous êtes sûr de la tendance ? Je bosse ni à France Telecom, ni en prison, et si effectivement il m’est arrivé d’organiser de petites soirées suicides, je n’y ai jamais pris part, trouvant tout cela fort salissant). Ce que je veux savoir, c’est si ça peut se soigner.
-    Bien entendu. »


Or donc, voici quelques traitements plus ou moins efficaces :
1)    Se sortir les doigts du postérieur et se forcer à tra… trav… trava… bosser.
2)    Prendre des médicaments tous les jours à tous les repas, éviter de sortir pour empêcher toute contamination, jeter les mouchoirs après utilisation. (C’est un peu ce que je fais déjà, je crois…)
3)    Une opération chirurgicale lourde consistant à enlever l’inflammation de la partie lobale frontale du cervelet. C’est remboursé à 95% par la Sécu donc je pense que c’est ce que je vais choisir.

Sérieuse crise clinique. Il faut opérer rapidement, ça s’étend.


Allez, c’est promis, je vais m’y mettre à bosser… demain.

Billet avec peu d’images je sais… manque de temps, tout simplement :-)

Garbage Collector

Auteur: Garbage Collector

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

aucune annexe



À voir également

hieroglyphe.suite.jpg

Bilan de l'année 2015

« On fait le milan, calmement, chasse les poissons morts en un instant. »Les Neg'Marrons (vers....

Lire la suite

To Glen Lyon

300 Points d'XP en plus

« Je me souviens que pour aller sur la lande, celle véritable où rien d'humain ne vit, il fallait...

Lire la suite