GarbageCollector

Le blog qui lutte contre les fuites de mémoire.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Habilité de l'illisible incompréhensabilité d'un désordre synaptique

« Merde, j’ai oublié de mettre une citation…»
Moi-même, l’autre soir.


J’ai la tête dans un scaphandre pressurisé, les yeux qui luttent pour s’exhorbiter tout seuls et prendre leur indépendance (c’est douloureux), une tendance au machouillage de capuchon styloniques, les oreilles qui tolèrent sans joie le sifflement aigu et incessant de la télévision par ailleurs silencieuse (cher bouton “mute” de la télécommande…) ; aussi ne m’en voulez pas si le présent billet provoque indisposition nauséeuse à tendance migrainale - d’autant plus que ma douche s’est fait la malle et que ma cafetière est chez le voisin, quel qu’il soit. Le travail, ça fatigue, même quand on reste assis toute la journée, alors le soir, j’ai souvent la flemme, en plus, je n’ai pas de volet, juste un rideau, donc l’aube me déberce tous les matins de bonne heure aubale, sans se préoccuper de savoir si par hasard, on ne serait pas samedi, hein, des fois, mais bon, ne nous plaignons pas, c’est bien aussi de se retrouver matinal, prêt à faire plein de trucs comme visiter Lille, qui est par ailleurs une ville fort jolie, avec un centre sympathique et agréable voire médiéval par endroit, et quelques librairies spé BD de bon aloi (nos priorités nous sont gagnées à la naissance par loterie génétique, il faut le savoir ; une fois ceci admis, il est inutile de lutter contre les allèles de nos chromosomes), ainsi que des parcs boisés, comme celui accueillant le zoo juste en face de l’appartement qu’on me prêta généreusement le mois dernier (grand merci à Sabine !) avant que je trouve mon T1-bis (une pièce principale avec lit en mezzanine, cuisine, WC, salle de bain et jardinet de circonstance, dans quartier populaire ouvrier, deux pas du métro, sous voisins qui baisent consciencieusement et bruyamment) non équipé, malheureusement en micro-informatique (pour tout vous dire, j’écris ce billet au boulot, ouh, c’est pas bien), même si j’ai Internet (super utile, comme mes DVD sans lecteur approprié) et la télé vient de me dire fièrement que Hellboy est une adaptation d’un célèbre comic d’Alan Moore, ce qui me fait doucement écarquiller les esgourdes, ‘spèces d’incultes, je me marre. Il y a peu, j’ai vu des gens que je n’avais pas croisé depuis des années (jusqu’à sept ans !), c’est fou comme ils ne changent pas, les gens ; c’est marrant de constater que ce qui nous unissait jadis fonctionne encore aujourd’hui ; ça me laisse perplexe, j’avoue. Je zig-zag pas mal, mais mes lunettes sont sales, bien que je les nettoie souvent ; je me dis qu’un jour, je mettrais des lentilles, je n’aurais plus ces problèmes et j’y verrais clair.

Je ne voulais pas laisser ce blog en friche pendant des mois, alors voilà un billet déposé à la va-vite et en travers, en espérant pouvoir m’équiper en micro avant la saint Glin-Glin, voire avant Août… ; en attendant, je m’éclipse du soleil.

Ken ar C’hentan !

Garbage Collector

Auteur: Garbage Collector

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (7)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

aucune annexe



À voir également

Yo, poto, mets-toi au taf, vas-y, fais pas ta pute.

« Chaque bourrasque ensablait un peu plus les rues de Plélan, la cité qui magnifiait les étendues...

Lire la suite