GarbageCollector

Le blog qui lutte contre les fuites de mémoire.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Il y a pas que des réalisateurs français qui calanchent

« … »

‘Tain ! Je sais que j’ai du retard (pas dans mes règles, hein, je suis pas encore prêt à tomber enceint), la nouvelle date du 28 août, mais je viens juste de l’apprendre alors… Le réalisateur japonais Satoshi Kon est mort. Dans l’animation japonaise format long métrage, on entend surtout parler de Miyazaki, qui, à juste titre, fait figure de légende dans le pays du sushi levant. Les gens connaissent également Mamoru Oshii (Ghost in the Shell, Avalon) et bien sûr Katsuhiro Otomo (Akira, Steamboy). Bien sûr, il y a de nombreux autres réalisateurs talentueux, mais dans nos contrées occidentales, ce sont les noms qui reviennent. (On rêve toujours d’un nouveau Otomo, ou d’un Oshii mieux finalisé (hou le troll !) (en fait j’aime beaucoup Oshii, mais ces films ont quand même beaucoup de défaut (Avalon en est le parfait exemple : idée et ambiance excellente, musique parfaite, image soignée, mais… le tout ne prend pas très bien, et on finit par s’ennuyer)). À ces trois-là, se rajoutaient donc Satoshi Kon, dont chaque production suscitait l’excitation de ses fans (bon je triche un peu, j’en sais rien, j’ai connu Kon après la sortie de son dernier long métrage en date. Mais j’étais super impatient qu’il nous sorte un nouveau film !) Et bien, cela ne verra jamais le jour, parce qu’il est mort. (Je sais je l’ai déjà dit.) C’est d’autant plus regrettable qu’il était en train de bosser sur un nouveau film, dont il ne verra donc pas le produit finit. (Enfin, ça, on n’en sait rien, en toute honnêteté. On ignore totalement ce qu’il voit de là où il est. (À priori dans une urne, au regard des us et coutumes nippones.))
Satoshi Kon, c’est le réalisateur de quatre long métrages et une série télévisée, cinq chefs d’œuvres, cinq pépites. Perfect Blue, thriller très bien ficelée, surprenant, et bleu. Millenium Actress, quand l’interview d’une actrice légendaire se mélange à l’imaginaire de ladite actrice ainsi que du journaliste. Tokyo Godfather, plongée dans la vie de quelques sdf à Tokyo, très drôle, très triste. Paranoïa Agent, sa série, tellement barrée qu’on n’y pige rien, mais c’est excellent (faut s’accrocher quand même, je dis ça pour vous) ! Un étrange gamin sur rollers attaque des gens à la batte de baseball. Bizarre. Et enfin, Paprika, une plongée dans l’onirisme grâce à un appareil capable de rentrer dans les rêves des patients. Explosif (dans tout : histoire, dessins, visions des rêves…).
Bref, je vous le dis, je suis un grand fan de Satoshi Kon ; je suis attristé de sa disparition. Et si vous ne connaissez pas son œuvre, je ne vous le répéterais pas : courrez-vite acheter les dvd et surtout, mettez-les dans votre lecteur de dvd ! Sinon, ça ne marche pas !
Je vous laisse avec sa contribution à Ani Kuri 15, série de 15 courts d’animation japonaise de 1 minute :

Garbage Collector

Auteur: Garbage Collector

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

aucune annexe



À voir également

Dans ma poche de blouson, j'ai un portefeuille, un porte-monnaie, des clés, des doigts parfois, et un lecteur MP3

« Ma feuille est blancheDevant moi tout est noirS’il vous plaît écoutez-moiJe suis tombé dans un...

Lire la suite

QCM

« Si tu kiffes pas, t’écoutes et pis c’est tout. »Lunatic, Si tu kiffe pas Allez, je fais comme mes...

Lire la suite