GarbageCollector

Le blog qui lutte contre les fuites de mémoire.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Une idée courte, en passant, que j'estime rigolote.

« L’adolescence est comme un cactus. »
Anaïs Nin, Une espionne dans la maison de l’amour

« Arrête, maintenant. Ça suffit, sors d’ici.
— Tais-toi et sers m’autre… un autre. »
La voix chancelante se prit les pieds dans la langue, et les mots trébuchèrent sur le milieu de phrase.
« Tu es déjà complètement ivre. »
Le Gros secoua la tête, évacuant les pellicules grasses de sa tignasse en grand manque d’eau et de savon.
« Si tu crois que c’est facile de se taper cette gamine ! Quatorze piges, l’âge laid, et con. Crois-moi.
— Cesse de la traiter comme ça ! »
Le Gros s’emporta, crachant son point d’exclamation à travers les volutes nauséabondes de son haleine d’hippopotame. Son interlocutrice au visage ingrat retroussa son petit nez et lui présenta une moue de dégoût.
« Mais elle est conne, je n’y suis pour rien, moi, dans l’histoire.
— Elle traverse une période difficile, voilà tout, comme toutes les jeunes filles de son âge.
— Pas moi. Jamais été comme ça. Jamais été aussi moche.
— Si. Crois-moi. »
Le regard de hyène qu’elle lui administra lui fit l’effet d’un camouflet ; il leva la main à sa joue rougie. Elle tenta tant bien que mal de sortir de son sac à main son petit miroir, se regarda, fit la grimace, jeta une œillade dépitée à sa pinte vide, soupira.
« Bon. Faut que j’y aille. Pas en avance. »
Le Gros paniqua légèrement lorsqu’il la vit se lever, vaciller, et parcourir en zigzag le chemin du zinc à la porte.
« Elle ne peut pas y aller dans cet état ! La petite ne mérite pas ça.
— Et tu vas y faire quoi, papa ? »
L’Ancien Acteur bourrait sa pipe à l’autre bout de la pièce, dans l’ombre, ne supportant plus qu’on voie son visage rapiécé. Il alluma son tabac avec une de ces allumettes américaines qu’il fit préalablement craquer contre le mur.
« Elle lui fera un peu peur, la mioche ira pleurer toutes les larmes de son cœur, enverra un sms à sa meilleure amie, et le lendemain, en se baffrant au Mc Do’, elle aura tout oublié. Aussi laide et stupide soit-elle. »

Dans la salle de bain, Colette, se déshabilla, tâta sa poitrine trop petite, massa la graisse de son ventre pour tenter de la faire fondre, et finit son inspection matinale par détester son visage boutonneux en s’examinant dans le large miroir. Du moins, elle essaya. Elle essaya à nouveau, en ouvrant plus grand les yeux, mais rien n’y fit, elle était totalement invisible. Enfin, en titubant, son reflet apparut dans l’encadrement de la glace, se pencha vers Colette, crut lui chuchoter en hurlant :
« Désolé pour le retard, ma grosse. Pas la grande forme, ce matin, hein ? »
Et vomit dans le lavabo.

Garbage Collector

Auteur: Garbage Collector

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (5)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

aucune annexe



À voir également

Le Rêve Fabriqué

« Ceux qui ont perdu le Rêve ne peuvent plus créer. Ils demeurent esclaves de leur raison, de leur...

Lire la suite

Le Donjon, loin des flots

« Ne pars pas, je t’en prie, ne pars pas…— Tu m’attendras, dis ? Tu m’attendras, hein ?— Ne pars...

Lire la suite